Vers un rapprochement entre les classes préparatoires et les universités?

Les enjeux et risques liés au projet de loi

sur le rapprochement juridique

des classes préparatoires et des universités

 

Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, souhaite rapprocher juridiquement les classes préparatoires aux Grandes Ecoles (écoles de commerce et écoles d'Ingénieurs) et les universités, sujet déjà évoqué en 2009 par l'ancienne ministre Valérie Pécresse.

Ce projet de loi s'inscrit dans le cadre de la future loi sur l'enseignement supérieur et sera présenté fin février-début mars en Conseil des ministres.

 

Les objectifs de ce rapprochement

Ce rapprochement souhaite répondre à différents enjeux: 

  • placer la recherche au cœur des classes préparatoires afin d'inculquer aux étudiants cette notion essentielle en école d'ingénieurs,
  • créer des échanges entre les différents corps enseignants,
  • harmoniser les programmes,
  • instaurer l’obligation pour les étudiants en classes préparatoires de s’inscrire parallèlement à l’université; ce qui permettra aux étudiants qui échouent aux concours d'entrées des grandes écoles de commencer une licence.

 

Les problèmes et risques soulevés par ce projet de loi 

Ce projet de loi soulève beaucoup de questions et d'appréhension auprès des acteurs de l'enseignement supérieur et des étudiants: 

  • la gratuité des CP serait révolue puisque la "double inscription" obligera les étudiants des CPGE à payer, en plus de leurs frais d'inscriptions aux concours d'admission des Ecoles de Commerce ou des concours d'Ecoles d'Ingénieurs, les 180 euros de droits d’inscriptions d’université (exception faite pour les élèves boursiers); cette nouvelle taxation représenterait environ 9 millions d’euros,
  • ce projet de loi induira donc la création d'un cadre conventionnel entre les classes préparatoires et les universités et pourrait alourdir leurs systèmes de gestion respectif même si les classes préparatoires auraient le choix de leur université de rattachement,
  • le niveau d'excellence des classes préparatoires, pôles spécifiques à la France, risque de baisser et d'être moins dynamique.

 

Au lieu de rapprocher juridiquement CPGE et universités ne devrait-on pas développer ces deux systèmes qui semblent fonctionner en procédant par exemple à la création de nouvelles filières d'excellence au sein des universités?

 

> Venez nous faire part de vos opinions et suggestions sur ce sujet

Vous cherchez une école ?

Vous cherchez une école : Service d'Orientation en LignePlus besoin de vous déplacer sur les salons ! En quelques clics, vous identifiez les écoles que vous pouvez intégrer et qui proposent la formation que vous recherchez (Bachelor, DCG, DSCG, Ecole de commerce, 3è cycle, ...) : service d'orientation en ligne

Lecture recommandée sur ce thème

La réorientation après une première année de prépa HEC

Lorsque vous vous engagez vers une classe prépa, vous savez que ce sera difficile et qu'il vous faudra beaucoup de rigueur et de travail pour réussir. Pourtant, il arrive que pour certains d'entre vous, cette exigence soit difficilement supportable. Pas de panique, il est toujours possible de se réorienter après une année de prépa...

Zoom sur les épreuves orales en prépa HEC

La prépa HEC vous prépare au concours écrit, mais pas que... Une fois les admissibilités passées en juin, les oraux arrivent, et c'est l'étape finale avant d'intégrer votre école. Ils s'étendent globalement sur un mois, de juin à début juillet au plus tard. Découvrez les épreuves orales que vous devrez passer!

Le quotidien d’un élève de prépa

La classe prépa est une filière connue pour son exigence et sa difficulté. C’est parce que le niveau intellectuel demandé est élevé et les efforts à fournir importants que la prépa s’adresse aux très bons élèves, capables de beaucoup travailler. Futur préparationnaire, voici ce qui vous attend!

 

Haut de Page